Voeux 2018, par E. LHERMENAULT

Si je puis formuler un vœu en ce début d'année pour toutes nos Églises et toutes nos œuvres, ce serait de ne pas lâcher la proie pour l’ombre (définition) en 2018. En idolâtrant la liberté, c'est exactement ce que fait notre société. 

Sous couvert de lutte contre toutes les discriminations, ses maîtres à penser nous incitent à filtrer les moucherons les plus insignifiants et à avaler les chameaux les plus encombrants. Il convient par exemple de lutter pour le bien des animaux dans nos abattoirs, mais surtout pas de s'émouvoir du massacre des enfants à naître organisé dans nos cliniques. Il est nécessaire de combattre le sexisme sous toutes ses formes, y compris par l'adoption d'un langage inclusif, mais surtout pas de s'attaquer à l'industrie pornographique qui rabaisse la femme au rang d'esclave sexuelle et formate les esprits de nos enfants dès leur plus jeune âge. Il faut exalter la fraternité dans tous les discours, mais surtout pas organiser l'hébergement des migrants à Calais de peur de créer un appel d'air... 

Est-ce à dire qu'en adorant le Dieu vivant et vrai nos Églises et nos œuvres sont indemnes de ces travers ? Je ne le crois pas. D'abord parce qu'elles vivent dans le monde et sont influencées par lui, et ensuite parce qu'elles sont composées de femmes et d'hommes justifiés certes, mais aussi pécheurs. Il est donc indispensable que ceux qui les conduisent ne se laissent pas "modeler par le monde actuel, mais... transformer par le renouvellement de [leur] pensée pour pouvoir discerner la volonté de Dieu : ce qui est bon, ce qui lui plaît, ce qui est parfait." (Rm 12.2) 

Ne pas lâcher la proie pour l’ombre en 2018, c'est :  

- Revenir sans cesse à la croix pour mesurer l'immense bonté de Dieu et lui offrir notre corps en sacrifice vivant, seul culte spirituel (ou raisonnable selon les traductions, Rm 12.1) ; 

- Méditer sa Parole et rester ouvert à l'action de son Esprit pour se laisser transformer par le renouvellement de la pensée et discerner sa volonté ;

- Faire « du règne de Dieu et de ce qui est juste à ses yeux [notre] préoccupation première" (Mt 6.33) et croire fermement que tout le reste nous sera donné en plus.

Nous avons tous mille choses à faire pour notre église ou association dans laquelle nous serons. Pourtant une seule est vraiment indispensable si nous voulons plaire à Celui qui nous a racheté : le mettre à la toute première place dans notre vie et dans les projets de notre communauté ou de notre œuvre !

Avec vous dans ce combat de tous les jours,

Bien fraternellement en Christ

Etienne Lhermenault, président du Cnef