Les États généraux de la bioéthique

Les États généraux de la bioéthique

 

Les débats actuels sur la bioéthique sont indispensables. Notre société est en effet confrontée à de nombreuses questions que les progrès de la science et de la médecine suscitent et il est bon d’interroger tous ceux qui s’y intéressent et se sentent concernés.

Les avis seront certainement presque aussi divers que notre société est diverse car, sur ces questions comme sur la plupart des questions éthiques, il n’y a pas de réponse « objectivement neutre ». Chacun répondra en fonction des idées qui sont les siennes sur ce qu’est un être humain, sa valeur et ce qu’est la société dans laquelle nous souhaitons vivre.

Les Églises évangéliques, comme leur nom l’indique, sont des communautés chrétiennes qui se fondent essentiellement sur l’enseignement de Jésus, centre de toute la révélation biblique. Les réponses qu’elles apportent reposent donc largement sur la valeur et la dignité qu’elles accordent à un être humain de sa conception à sa mort. Elles considèrent que cela implique concrètement un respect de toute personne humaine, homme ou femme, quel que soit son âge ou son état de santé et une attention toute particulière portée aux plus fragiles et aux plus petits.

Ce principe fondamental est plus important que la liberté de voir assouvis tous les désirs de chacun ou que la rentabilité qui prend, dans nos sociétés, une place si importante. Dans ce sens, les propositions des Églises évangéliques peuvent concerner toutes celles et tous ceux qui souhaitent que notre société reste une société fraternelle qui prenne soin des plus faibles et reste tournée vers la vie.

 

Louis Schweitzer